window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-1529441-85');

19/05/2021

Ceci n’est pas un publireportage

L’essence même de notre travail de consultant en relations publiques est de convaincre les journalistes de publier une histoire qui a une valeur sociale ajoutée pertinente. Le journaliste effectuera une interview ou écrira un article sur base du communiqué de presse que nous avons pensé et rédigé avec notre client. Ce n’est jamais un texte que les journalistes copieraient et colleraient tout simplement.

Pourquoi est-ce que cette précision est nécessaire? Parce que la différence est cruciale. Pour notre client, d’un côté, et, de l’autre, pour le lecteur de l’article. Et n’est-ce pas justement ce lecteur que nous souhaitons convaincre?

Une crédibilité provenant de l’extérieur 

Nous commençons toutes nos collaborations avec nos clients en effectuant un travail journalistique approfondi: nous posons toutes les questions qu’un journaliste poserait. Ensuite, nous dénichons l’information qui va intéresser les lecteurs. Le lecteur de l’article ou le téléspectateur de l’interview audiovisuelle recevra ainsi ensuite, si le journaliste accepte de se saisir du sujet proposé, une information filtrée et analysée par ce dernier. Le journaliste aura fait son travail d’investigation, aura pesé le pour et le contre avant de s’emparer du sujet proposé. L’article sera donc, par définition, crédible. Dans le publireportage, les mentions “article sponsorisé par” et le logo de l’entreprise indiquent que le contenu a été écrit et payé directement par l’entreprise, sans avoir fait l’objet d’une enquête. Il est alors assimilé à de la publicité, qui est un autre créneau. Ce ne  sera jamais le cas pour les articles rédigés par des journalistes de quotidiens et de magazines qui ont effectué un travail d’analyse et de recherche avant d’écrire un article pour un sujet que nous proposons.

Un angle médiatique pertinent

Cela induit bien sûr que notre communiqué puisse être repris et rédigé avec d’autres éléments, l’article final sera rédigé à la sauce du journaliste, avec peut-être – certainement – quelques aspects critiques. Dans le pire des cas, le journaliste peut aussi trouver que le sujet qu’on lui propose n’est pas intéressant et alors aucun article ne sera publié. Cependant, la force de notre expertise réside dans le fait de trouver et proposer un angle médiatique et sociétal percutant que le journaliste trouvera intéressant. En cela, notre travail se distingue de celui des publicitaires. L’essence de notre travail est de convaincre les journalistes et d’utiliser notre réseau étendu de contacts que ce soit du côté francophone ou néerlandophone. L’objectif final est de trouver le journaliste spécialisé dans le sujet que nous proposons.

Connaître le langage journalistique

Au sein du Bepublic Group, de nombreux consultants sont d’anciens journalistes. Il fut donc un temps où nous étions ‘de l’autre côté’ de la barrière, nous étions les journalistes qui posions les questions aux entreprises, ONG, personnalités publiques. Notre atout est justement de connaître le fonctionnement et le type de questions souvent posées par les journalistes. Nous savons comment répondre à ces questions et comment éviter les questions pièges. 

Notre travail ne consiste pas en la rédaction et la publication de publireportages. Nous croyons fermement que toute histoire qui doit être racontée, surtout quand elle est socialement pertinente, le sera. Mais pour qu’elle puisse l’être, il faut trouver le bon timing, les bons chiffres et la bonne personne qui puisse illustrer de quoi il s’agit – les fameux ‘cases’ que vous nous entendrez souvent vous demander. Et au regard de tout cela,  nous pouvons vous donner de précieux conseils.

Back to top